10/02/2007

Gestion de la lande aux Aubépines

A côté du fort de la Chartreuse, existe un ancien terrain d'entrainement militaire que les habitués du lieu connaissent comme "la lande aux aubépines". Cet espace était régulièrement entretenu par la Défense Nationale, mais depuis le début des années '80, il retournait à l'état sauvage.

Or, "l'état sauvage" veut dire, dans nos contrées, un reboisement jusqu'au retour d'une forêt, ce qui paradoxalement est nuisible à nombre d'animaux qui préfèrent de la végétation basse.

En collaboration avec le Service du Développement Durable de la Ville de Liège, comme en 2001 et en 2005, nous avons procédé à une gestion de cette zone entre les 22 et 24 février.

Que veut dire "gestion"?

Cela veut dire que nous avons éliminé certains massifs de ronces qui commençaient à envahir la partie basse de la lande et coupé les jeunes pousses d'arbres. Bien sûr, les grands arbres n'étaient pas concernés par ce travail: leur hauteur n'empêche pas la lumière d'arriver au sol, donc la végétation basse peut y pousser. Nous avons également réalisé un essai sur la partie haute de la lande, à savoir un débroussaillage sélectif de certaines essences. Nous verrons comment ce travail évoluera dans le courant de l'année.

Nous avons également ouvert un ancien sentier pris par la végétation.

Il n'est plus possible de continuer ces travaux maintenant, la période de nidification ayant commencé.

Nous devons encore éliminer les branchages que nous avons coupés, mais pour ce faire, il faut attendre que la météo soit plus clémente. En effet, vu la détrempe du sol, y rouler avec un véhicule transformera les chemins en bourbier.

Le but à terme est de mettre la végétation à haute tige et les ronces sous contrôle de manière à réaliser une fauchage tardif de l'ensemble de la lande chaque année. Ce n'est évidemment pas en une seule année que nous pourrons atteindre ce but.

Commentaires

Je coupe régulièrement des ronces et des jeunes pouses d'aubépines le long des sentiers de la chartreuses, non loin de l'Årvo. Or je viens, d'être menacé de représailles par un monsieur qui y promène régulirement ses chiens.
Si je fais quelque chose de nuisible, je stop immédiatement. Mais j'aimerai savoir, qui peut faire la police sur se domaine.
Merci.

Écrit par : Albertal André | 28/04/2008

Cher Monsieur,
Nous nos sommes rencontrés cet après-midi et nous avons mis les choses au point à ce sujet.
Vous ne faites évidament rien de nuisible, bien au contraire et nous vous encourageons à continuer. De cette manière les sentiers resteront ouverts et les promeneurs pourront continuer à en profiter.
Nous supposons bien que vous ne comptez pas vous attaquer à un chêne centenaire...
Quant à votre question "qui peut faire la police", et bien la réponse est... la police et personne d'autre. Si ce monsieur veut faire quelque-chose, il n'a qu'à aller porter plainte à la vraie police, mais je voudrais voir la tête du plicier à qui il ira expliquer la nature de votre "délit"...

Écrit par : Pierre MICHAUX | 03/05/2008

Les commentaires sont fermés.