27/06/2006

Le BM 22 (maison LAMBINON)

Le but de cette série d'articles était à l'origine de décrire chaque bâtiment en suivant l'ordre de sa numérotation. Ainsi, après la poterne d'entrée, nous aurions dû parler du BM01, l'infirmerie. Mais l'actualité fait loi et c'est donc la Maison LAMBINON, ou ce qui en reste qui sera notre sujet ici.

Comme nous vous l'avons écrit, et montré, dans un précédent article, cette maison est bien mal en point.

Malheureusement, elle a subi un nouvel outrage, sous la forme d'un énième incendie.

On voit que ce qui restait du toit est maintenant effondréet que la ruine du bâtiment a encore progressé. Comme nous l'écrivions précédament, ceci ne changera pas grand-chose à son sort: si la volonté  de restaurer la maison ne change pas de la part du promoteur, il s'agira de la raser et de la reconstruire.

Suite à l'enlèvement de deux petites filles dans le quartier de Saint-Léonard, la DVI a fouillé minutieusement les décombres afin de vérifier que l'incendie ne masquait aucun crime. Il n'en était rien et les fouilles ont cessé sur le domaine le 22 juin.

Un prochain article s'attachera à décrire l'histoire de cette maison, seul bâtiment civil du hameau de Péville a avoir survécu à la construction du fort.

Pierre MICHAUX

 

22:30 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lambinon |  Facebook |

07/06/2006

La poterne d'entrée

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'entrée d'une fortification ne se trouve pas à l'avant, mais bien à l'arrière de l'ouvrage.

En ce qui concerne la Chartreuse, la porte d'entrée était tournée vers la ville de Liège, à peu près dans l'axe du thier de la Chartreuse.

Sur cette photo, prise vers 1924, on voit qu'en fait, la poterne d'entrée est un tunnel percé à travers le rempart, flanqué de pièces percées de fenètres de part et d'autre. On voit également que ladite poterne est précédée d'une route pavée bordée de deux talus (en réalité, le fossé).

En réalité, l'entrée d'origine était précédée d'un pont levis. Non pas un pont levis de type "château médiéval", qui se refermait contre l'entrée, mais un pont plus en avant, comme du type de ceux que l'on voit sur les canaux des Pays-bas.

Ci-après, un croquis du pont-levis d'origine.

Ce choix s'explique par deux raisons:

- Les fenêtres visibles sur la première photo étaient à l'origine des meurtrières. Et comme ces meurtrières avaient un angle de tir limité, il fallait tenir l'ennemi le plus loin possible de la poterne d'entrée, raison pour laquelle le pont ne pouvait être accollé au rempart.

- Il est impossible de manoeuvrer un pont-levis de type "médiéval" dans un tunnel. En effet, il est nécessaire que les chaînes ou les cordes relevant ledit pont s'enroulent autour d'un mandrin faisant toute la largeur du passage. Et il est impossible de placer un tel dispositif dans un passage voûté.

De plus, lors de nos observations sur place, nous avons remarqué que les trous munis de poulies au dessus de part et d'autre de la porte ne portaient aucune trace d'usure, ce qui nous fait penser que des dispositifs n'ont jamais servi.

Ci-après, une vue de l'intérieur du fort, avec, sur la droite, le pigeonier dont il sera question dans un prochain article.

Les locaux flanquant la poterne étaient, comme dans toute caserne, le corps de garde, les cachots et l'infirmerie. Ces locaux étaient casematés, c'est-à-dire protégés de la bombe notament par une forme en voûte et une couche de terre. Ces locaux étaies surmontés, comme on le voit sur la photo ci-dessus, de plusieurs miradors. Nous ignorons s'ils sont d'origine.

En 1938, pour permettre l'entrée de camions dans le fort, cettr poterne a été démolie, le fossé remblayé, deux ouvertures à grand gabarit pratiquées et une rampe plus large aménagée près de la rampe d'origine. L'ouvrage de défense extérieur qui protégeait l'entrée a été nivelé et a fait place à l'esplanade que nous connaissons aujourd'hui.

Ci-après, une photo datant de 2001

On peut regretter qu'à l'époque, malgré un avis défavorable de la commission des Monuments et Sites, ces travaux de destruction aient été autorisés "du fait du peu d'intérêt de cette construction"...

Sur la photo suivante, prise depuis l'étage du BM09 on voit deux bâtiments, BM01, à droite, qui est l'infirmerie et BM15, à gauche, qui est le corps de garde et les cachots "modernes", Ils datant aussi de 1938/1939.

La longueur de ces bâtiments correspond plus ou moins à la profondeur de la poterne d'origine et des locaux annexes.

Pierre MICHAUX

22:50 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Un peu d'histoire

A l'heure où la majeure partie des bâtiments de la Chartreuse vont être démolis, ou le sont déjà, il nous a paru utile d'essayer de retracer l'histoire de ceux-ci, du plus représentatif au plus insignifiant.

C'est pourquoi nous allons consacrer une série d'articles à ces bâtiments.

Les textes, photos, croquis et dessins que vous y trouverez seront, sauf indication contraire, à votre disposition et d'usage libre. Pour des raisons techniques, nous ne pouvons charger d'image de plus de 100kB. Sur simple demande, nous vous transmettrons avec plaisir les textes, croquis et photos en qualité supérieure.

22:10 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : histoire, liege, fort, hollandais |  Facebook |

04/06/2006

Les démolitions vont bon train

Aujourd'hui, les BM33 et 37 (manèges) sont démolis, le BM32a (poste à essence) est démoli, le BM24 (cuisine) est quasiment démoli et le BM25 (bar troupes) l'est totalement.

On voit sur la gauche le BM33 entièrement démoli et à l'arrière plan le BM37 dont il ne reste que la dalle en béton.

Quelques bâtiments annexes sont également rasés.

La volonté du promoteur semble être de conserver la maison LAMBINON et il l'a fait dégager. Malheureusement, les trépidations des engins on fait s'écrouler un pan encore plus important de la façade.

 

Il est bien clair, et ce depuis longtemeps, que ce bâtiment ne pourra être sauvé en l'état et le promoteur planche depuis le début sur une démolition et une reconstruction non pas à l'identique, mais en récupérant les pierres de façade et en conservant son apparence extérieure à la maison.

23:14 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |